Les débuts du Centre Médical « La Source »

Octobre 2003 : la Communauté au Togo perçoit l’appel à mettre en oeuvre le volet médical de la vision initialed’une activité de développement au service de l’homme souffrant. Ce sera un Centre médical chrétien  ouvert à tous.

Novembre 2004 : Après un parcours communautaire de prière et de réflexion, la Communauté en France donne son feu vert pour la création du Centre Médical du Puits (CMP).

Janvier 2005 : L’équipe sur place commence un travail méthodique sur les différents aspects d’un tel projet (étude environnementale, rencontre des autorités sanitaires, achat de terrain, projet architectural, travail avec le cabinet d’architecture, recherche de financement etc.)

Octobre 2006 : Après établissement du dossier, visite des autorités régionales chargées de la Santé. Monsieur le Ministre de la Santé du Togo signe l’autorisation pour la réalisation du Centre Médical.
L’appel d’offre est lancé fin octobre auprès de quatre entreprises, dont deux de la région. Le choix se porte en novembre sur l’entreprise qui avait déjà construit la maison de la Communauté.

Janvier 2007 : Début des travaux avec le nettoyage du terrain, le nivellement et l’implantation des différents bâtiments.

Témoignage sur la période des travaux :

« Les  dalles des différents bâtiments sont coffrées et terminées. Les crépis intérieurs et extérieurs sont achevés. Les carrelages sont posés dans les salles du rez-de-chaussée. La clôture est finalisée. L’étanchéité des chéneaux est acquise. La charpente et la moitié des cadres des fenêtres et des portes sont posés.

 

Vient le temps des finitions : la plupart des portes et fenêtres sont posées, les peintures sont bien avancées. Il reste les raccords de carrelage, l’installation des appareils électriques et sanitaires, l’aménagement des cours et du parking, l’installation de l’alimentation électrique (transformateur et groupe électrogène), et tant d’autres petites choses. Au port de Lomé sont arrivés ces jours-ci 32 m3 de matériel dont la salle de radio, l’échographe, et tant d’autres dons. Une équipe alsacienne les a  conditionnés avec grand soin à la Thumenau. Leur arrivée à Lomé et leur acheminement vers Sokodé ont été un vrai roman d’aventures, rendu possible par la fraternité vécue. Il va maintenant falloir installer ce matériel.

Nous continuons à chercher des sources de financement pour pouvoir aller au bout de cette grande entreprise. Merci à tous ceux qui  indiquent des portes où frapper ou qui nous soutiennent de leurs offrandes.

Nous sommes aussi bien occupés à des démarches administratives compliquées, à la formation et la maîtrise de l’équipe de ménage, à la réflexion partagée sur le fonctionnement de la communauté thérapeutique psycho spirituelle, à la détermination des critères d’ouverture de l’unité d’hospitalisation, à la mise en place d’une multitude de détails urgents, indispensables. »

Témoignage de la vie quotidienne : 

Il fait encore très chaud et je suis toujours au rythme de 3 à 4 douches par nuit. L’Harmattan continue de nous couvrir de cette poussière farineuse qui se dépose partout. Et quand il pleut (c’est arrivé quelques fois), je pars à la recherche des gouttières qui fuient pour les signaler à l’entrepreneur et son équipe qui se trouvent toujours sur le site. Le bureau n’est pas encore complètement aménagé mais le bois utilisé pour les meubles est magnifique (faux teck, très lourd et d’une très belle couleur). Les manguiers sont chargés de fruits pas encore mûrs. Dans l’un d’eux s’agitent des chauves-souris. J’espère qu’elles nous laisseront quelques mangues ! 

Dans la maison cohabitent quatre européennes, une ou deux souris, un gecko (et son petit), quelques fourmis à longues pattes totalement inoffensives et puis cette foultitude de petits familiers du coin dont je n’ai jamais eu à me plaindre. Sur le terrain vague situé sous la fenêtre de ma chambre, on rencontre pas mal d’animaux : chiens, chèvres, moutons, cochons et la plupart des gallinacés de la basse-cour … On les voit aussi partout en ville, mais grande a été ma surprise, un jour, de croiser en centre-ville trois chameaux et leurs chameliers (venus de très loin, m’a-t-on dit, pour quémander quelque aumône). Tout à fait pittoresque !

Pour circuler, j’ai à présent une Volkswagen de 7 places, venue de Suisse alémanique. C’est déjà une vieille dame car elle aura bientôt 200 000 km mais elle présente encore très bien, toute habillée de vert foncé métallisé. Je l’ai choisie non pour son élégance mais pour sa hauteur de cabine qui me convient bien en raison des cahots de la route ; j’espère vraiment protéger ma calebasse des bosses !  

A tous, je redis mon meilleur souvenir et mon union dans la prière, celle que notre Dieu de paix ne cesse de murmurer en chacun, au cœur de nos activités respectives. « 

 

La maison de la Communauté




 

Partager: